Retour sur 2018, MAD Brain AutoPilot au banc d’essai

Graal pour les skippers, la Route du Rhum fait également partie des rendez-vous incontournables pour les dizaines de PME du secteur notamment Madintec qui a pu valider la fiabilité et la qualité de son nouveau pilote automatique MAD Brain AutoPilot. Madintec continue en 2019 avec toujours plus de développement.

Une année 2018 à la senteur de Rhum

L’année de la Route du Rhum est généralement chargée ! Cela s’est confirmé pour Madintec qui a travaillé sur la finalisation de sa solution de pilotage MAD Brain AutoPilot. Pour ce faire, les ingénieurs maison ont collaboré avec trois équipes : Macif en Ultime, Initiatives Cœur en Imoca et Arkema en Multi50. L’Objectif : 100 % de fiabilité. Cette ambition largement plausible n’a de sens qu’aux nombres de milles parcourus avant la ligne de départ. Pour Madintec, la Route du Rhum ce n’est pas moins de 10 000 milles effectués en amont par les différents partenaires en entraînement, mais aussi en situation de course. Suite à la validation des paramètres du pilote MAD Brain AutoPilot, François Gabart, Samantha Davies et Lalou Roucayrol ont validé, en septembre, que ce dernier-né serait utilisé comme pilote principal pendant la Route du Rhum.

Des retours plus que positifs

Fidèle à sa réputation, la Route du Rhum fut éprouvante aussi bien pour les skippers que pour leur monture, électronique comprise. À l’issue de l’épreuve, Madintec a pu faire le bilan sur le développement et la fiabilité du pilote MAD Brain AutoPilot. Les retours sont unanimes, aucun problème n’est à déplorer, et ce, à chaque niveau de la chaîne de pilotage composée du MAD Brain AutoPilot, du MAD Controller et du MAD Interface. Malgré deux abandons malheureux sur délaminage (Samantha Davies) et chavirage (Lalou Roucayrol), les conclusions de chaque équipe n’on fait état d’aucun dysfonctionnement des composants et du comportement du pilote automatique Madintec. Force est de constater qu’un sport mécanique amène son lot de satisfactions même dans les mésaventures.

Bravo4 en pleine forme

Parallèlement à la finalisation et au succès du pilote MAD Brain AutoPilot, Madintec a également pu confirmer que sa centrale de navigation Bravo4 s’impose comme un maillon indiscutable dans le fonctionnement de l’électronique embarquée. Présente sur L’ultime Sodebo (Thomas Coville), le Multi50 FenetreA (Erwan Le Roux) et l’Imoca PRB (Vincent Riou), elle a encore donné pleinement satisfaction (malgré une perte d’aérien pour PRB et un problème de connectique pour FenetreA, déconvenues hors champ Madintec). Déjà validée par deux tours du monde avec Sodebo et Macif, la centrale Bravo4 s’illustre une fois de plus par sa fiabilité pour la plus grande sérénité des skippers, des teams et l’équipe Madintec.

Toujours en développement !

Insatiables, les ingénieurs Madintec ne se reposent jamais sur leurs lauriers ! Le genre de la maison est plutôt d’utiliser ces (bonnes) bases pour développer et améliorer les systèmes existants. La sécurité et la confiance des skippers en leur monture sont primordiales pour Madintec. Il est notamment prévu des travaux sur la gestion et la tolérance aux pannes en s’appuyant sur les technologies aéronautique et automobile qui garantissent le fonctionnement des systèmes électroniques mêmes en cas de dysfonctionnement des différents capteurs présents. Parallèlement, un travail est d’ores est déjà mené sur l’instrumentalisation des voiliers pour mesurer les efforts exercés sur les structures (foils, bras, mât) pour éviter les casses etc. Un programme riche dont les diverses phases seront régulièrement rendues officielles courant 2019 !


Piloter un catamaran électrique à foils

November 11, 2021
A l'occasion du METS (salon nautique) à Amsterdam, trois sociétés en pointe dans la course au large vous invitent à tester un simulateur de bateau électrique à foils.

Quels pilotes MADBrain vont gagner la Transat Jacques Vabre ?

November 5, 2021
Avec plus d’un tiers de la flotte équipée par Madintec toutes classes confondues, il est probable qu’à nouveau nos skippers fassent de belles performances.

Vendée Globe 2020 – Bilan positif pour Madintec !

February 18, 2021
Avec les deux premiers du Vendée Globe, retour d’expérience du fondateur et CEO de Madintec, Matthieu Robert

"Vendée Globe. Le pilote automatique Madintec a barré 99 % du Vendée Globe... et il a gagné !"

February 9, 2021
Le Maître CoQ IV du vainqueur du Vendée Globe Yannick Bestaven, l’Apivia du deuxième Charlie Dalin, ou encore les bateaux de Thomas Ruyant et de Giancarlo Pedote étaient équipés du pilote automatique MADBrain,

Comment Madintec veut installer son pilote sur les Class40 – article sponsorisé

November 19, 2020
C’est un équipement stratégique pour les marins en solitaire : au fil des innovations, le pilote automatique est devenu un produit extrêmement sophistiqué, qu’une poignée d’acteurs est capable de concevoir et de mettre au point.

MADBrain pour tous

October 15, 2020
A partir du printemps 2021, Madintec proposera sa solution de pilotage automatique MADBrain à tout type de voilier.

Collisions en mer. L’évitement sous pilote automatique, un algorithme révolutionnaire (1/2)

January 31, 2020
Comment Madintec veut proposer une solution au collision en mer.

François Gabart en SUP à foil sous pilote automatique

July 28, 2018
François Gabart vole sur un paddle a foil sous pilote Madbrain !

Drheam cup 2018

July 27, 2018
Retour sur Drheam Cup, premier test grandeur nature pour le pilote MADBrain avec Samantha Davies et Lalou Roucayrol

L’énergie dans les systèmes asservis

June 6, 2018
L’électronique et l’informatique sont devenues des points majeurs afin d’optimiser le réglage de ces voiliers et assister le skipper dans le pilotage. Petit point de situation par Mathilde Trehin, thésard chez Madintec.

La technologie de la Coupe de l’America et des trimarans géant Classe Ultime, accessible à tous.

November 30, 2015
A l’image des transferts de technologie de la Formule 1 vers nos voitures personnelles, Matthieu Robert et David Cesari, fondateurs de la start-up Madintec, se lancent le challenge de démocratiser l’accès à l’électronique de haut niveau pour la régate et la course au large.